Ostéopathie - Pourquoi ?


Déjà essayons de comprendre comment ça marche ?
Rassurez-vous, je ne vais pas vous faire un cours rasoir sur la biologie mais comprendre rapidement le fonctionnement du corps (humain ou animal) vous permettra de mieux saisir comment l’ostéopathie guérir des traumatismes.

Imaginons votre cheval ou votre chien …
Au départ il y a une structure solide : le squelette qui est composé d’os (la matière la plus dense après les dents). Nous avons 4 membres qui sont en appui et qui sont reliés par un pont : la colonne vertébrale ainsi que la tête (pouvant servir comme troisième appui).
Mais si nous n’avions que ça… tout s’écroulerait comme une poupée de cire ! Pour accrocher cet ensemble, heureusement il y 3 systèmes d’accroches. Les articulations permettent de mouvoir la structure en la renforçant, mais il faut absolument protéger ces articulations qui sont le point faible de la structure, sans quoi il y a inflammation. La structure a donc mis en place le cartilage au niveau des articulations qui permet le mouvement et la glisse.
Les articulations sont ainsi constituées de :

  • Ligaments, qui ont donc été rajoutés pour fixer cette articulation et éviter qu’elle ne se « déboitent » ou autrement dit qu’elles sortent de leur axe. Ils maintiennent donc l’articulation pour permettre un certain mouvement bien précis dans l’axe prévu initialement.
  • La synovie permet de nourrir ces articulations et notamment le cartilage. Imaginez un liquide visqueux, un peu comme de la vaseline qui évite ainsi les frottements et les inflammations.
  • Enfin, la capsule articulaire qui constitue l’extérieur de la synovie, c’est en réalité une capsule remplie de liquide synovial dans lequel baigne l’articulation.

Nous voilà donc rassurés, nous avons notre squelette avec nos articulations ! Mais il nous manque le principal : les muscles qui sont les seuls et uniques à pouvoir faire bouger ce squelette correctement.
En effet, les muscles, fibres musculaires s’adaptant à différentes sollicitations par une système de glissement en peigne et tiennent ainsi le squelette. Ils ont 4 propriétés :

  • Ils sont élastiques : ils reprennent rapidement leur forme initiale
  • Contractiles : ils peuvent se raccourcir (quand vous contractez vos biceps par exemple)
  • Excitables : ils régissent à un stimuli
  • Extensibles : ils s’allongent

Tout cela est donc commandé par le Big boss avec son ordinateur au top de la pointe : votre système nerveux au niveau du cerveau. Bon il a quand même des espions qui l’aident à faire le travail : ce sont des récepteurs qui informent en temps réel les mouvements du corps (on les appelle les Fuseau Neuro Musculaire et corpuscules de Golgi).

Le système nerveux passe par la colonne vertébrale (au niveau de la moelle épinière) et en sort par des trous de conjugaison pour aller innerver le corps. Ainsi vous pouvez contrôler vos jambes, bras etc…
Puis il y a un autre système, celui que l’on appelle le système neurovégétatif qui gère tout ce qui fonctionne en autonomie, sans que vous en ayez conscience (le viscéral, glandulaire, psychisme par l’intermédiaire des hormones avec le système sympathique et para sympathique).

Les muscles vont ainsi se contracter ou s’étendre selon la demande. Ils sont programmés pour s’étendre jusqu’à un certain point, puis se contracter si l’on va trop loin. Si l’étirement est vraiment trop fort, c’est alors qu’il y a lésion.

Le cerveau humain étant une véritable boite noire, il se souvient de tout ce qu’il s’est passé. C’est pourquoi une lésion peut rester ancrée dans la mémoire des tissus même une fois que le traumatisme est passé.
La régulation musculaire que l’on fait en tant qu’ostéopathe sur l’animal par le stretching notamment nous permet ainsi de libérer le spasme en détendant le système permettant de retrouver l’amplitude.

Enfin, tout cela ne fonctionnerait pas si nous avions pas l’énergie vitale qui permet de faire fonctionner tout cela : le sang !

Le sang passe donc par le cœur qui l’envoie aux poumons pour se charger en oxygène et revenir. Une fois dans le corps, il va produire des déchets (gaz carbonique) et va être récolté par le système veineux et système lymphatique ( en passant notamment par des véritables usines de démentiellement > les ganglions) avant de revenir au cœur. C’est ainsi que le cycle continue.

L’ostéopathie permet donc de restaurer la mobilité que ce soit au niveau des articulations, des tissus, des fascias, du viscéral, bref au niveau de tous les organismes vivants qui constituent le corps.

Je pratique l'ostéopathie douce, sans aucune douleur pour votre animal.

Stretching myotensif :
Régulation du tonus postural.
Il existe 2 types de muscles :

  • Toniques : ce sont tous les muscles proches des articulations qui maintiennent le tonus postural. Ils bossent 24h sur 24h, sont très vascularisés et ont besoin de beaucoup d’oxygène. On se ne rend pas compte lorsqu’on les utilise, c’est ce qui nous permet de nous tenir assis dos droit (ou pas …), debout, de marcher, de manger de bouger etc…
  • Dynamiques : ce sont les gros muscles plus superficiels pour la dynamique du corps. Ils ont des contractions très fortes et permettent la pratique sportive. Ils sont très rapides et peu résistant (claquages) mais sont de véritables turbo ! Ils ne travaillent pas tout le temps car ont besoin de repos afin de faire leur réserve énergétique mais sont prêts à exploser à tous moments. Ce sont notamment les gros muscles fessiers qui permettent au cheval de prendre la fuite s’il y a danger.

Le stretching fait passer les traumatismes en permettant au cheval ou au chien de se libérer du système ayant impliqué la lésion d’origine.

Réflexologie :
Système de massage reflexe qui travaille sur une zone tout en indiquant au cerveau via les récepteurs (espions du corps/ Système nerveux) de venir s’occuper de cette zone où réside la lésion.

Massages :
appeler le cerveau vers une zone en rétablissant entre autre la vascularisation

Fascia :
les fascias sont des sortes d’enveloppes fibreuses entourant les tissus et qui permettent le glissement des unes sur les autres. Travailler les fascias nous permet une lecture sensitive des tissus qui nous guide vers telle ou telle direction d’étirement et redonner la mobilité.
Il se peut que suite à une lésion, le glissement initial de deux fascias soit lésé ; avec nos mains, nous travaillons sur la zone afin que le glissement puisse à nouveau se faire. Parfois, il n’y a pas besoin de grosses manipulations sur les cervicales verrouillées par exemple, car ce sont au final seulement les fascias qui se sont bloqués.

Cranio sacré :
agir sur le LRC (liquide céphalo rachidien), dont la circulation est freinée par endroit.
Le principe est de renforcer les courants et de contrôler le trajet du LCR de façon à ce que ce soit le flux lui-même qui fasse lâcher les obstacles qu’il rencontre, et qui seraient la cause de la lésion.
A l’initiative de cette découverte, c’est Monsieur Sutherland qui eu le génie de découvrir que les os du crâne n’étaient pas soudés, et que la pression du LCR le faisait gonfler et dégonfler. Le LCR est contenu dans le canal rachidien. Il s’écoule du cerveau via le canal rachidien jusque dans les premières lombaires.

Structurel :
manipulation des structures osseuses

Soit en direct :
augmenter la lésion pour faire passer le spasme dans le sens de la lésion

Soit en indirect :
faire passer le spame dans le sens opposé à la lésion, en renforçant la zone de confort de l’animal. Autrement dit, un dos bloqué en extension (dos creusé), je vais augmenter encore plus l’extension (donc creuser encore plus le dos) pour faire passer la lésion. Alors qu’en direct je demande plutôt de la flexion (dos rond).

Viscéral :
comme Still, travailler sur les organes qui peuvent être la cause de verrouillages articulaires, musculaires ou encore changements comportements.

  • Boiteries (sans problèmes osseux ou tendineux, autrement dit après consultation vétérinaire),
  • Arthrose / Arthrose précoce pour les chiens
  • Problèmes de comportement : nervosité, anxiété
  • Raideurs musculaires
  • Gastrites chroniques et constipation
  • Problèmes respiratoires à répétition (essoufflement, récupération difficile)
  • Suites de traumatismes (accidents)
  • Entorses, sciatiques, sacralgies, lombalgies, brachialgies (« sciatique du bras »)
  • Insuffisances cardiaques, rénales, pancréatiques débutantes
  • Maladies de peau (hors causes allergiques)
  • Ulcères à l’estomac pour les chevaux
  • Verrouillage au niveau du corps de l’animal
  • Problèmes d’engagement pour les chevaux
  • Problèmes de bouche / défense (Chevaux)

Contre-indications (dans quel cas appeler tout le suite le vétérinaire et non l’ostéopathe)
Spécifique aux chevaux
  • Fracture ou suspicion de fracture (jarret plus haut que l’autre ou tuber coxae plus bas que l’autre)
  • Œdèmes au niveau de la gorge ou ventral + fièvre
  • Engorgement des 4 pieds + température
  • Abcès du pied
  • Rupture des tendons (pied ne tient plus)
Spécifique aux chiens
  • Conditions si Hernie discale (car peut y avoir des conséquences si inflammation, mais séance possible / à déterminer avec propriétaire et vétérinaire)
En général
  • Tout ce qui est aigue (inflammation / tendinite / maladie)
  • Diarrhée aigue depuis plus de 24h
  • Fièvre / abattement / muqueuses pâles
  • Trauma / infection / température
  • Saignement nez associé à température et abattement
  • Cancer / lymphomes